Votre panier : 0,00 EUR

When Cultural Policies Change: Comparing Mexico and Argentina


Cet ouvrage se concentre sur les parties comparatives de ma thèse, tout en mobilisant certains éléments des monographies sur le Mexique et l'Argentine. La comparaison entre les deux pays m’a permis de démontrer que la stabilité institutionnelle et politique du pays est un facteur central à prendre en compte pour expliquer le processus l’institutionnalisation d’une politique culturelle.

Les premières actions publiques dans le domaine de la culture

Le chapitre 1 montre que depuis la construction de l'État-nation, l’État mexicain était le principal acteur de la politique culturelle alors qu'en Argentine le secteur associatif a largement contribué au développement et à la diffusion de la culture. Dans les années 1970 et 1980, des groupes d’intellectuels se sont mobilisés dans les deux pays pour exiger des pouvoirs publics une réforme des actions culturelles et l’élimination de la censure. Ces acteurs sont passés des forums de la réflexion aux arènes de la décision et ont participé à l’institutionnalisation de politiques culturelles dans leurs pays.

L'émergence et l'institutionnalisation des politiques culturelles

Le chapitre 2 montre que malgré des processus similaires survenus dans les années 1980, la politique culturelle argentine est plus faiblement institutionnalisée que la mexicaine. Au Mexique, cette politique était fortement soutenue par C. Salinas, comme le montrent les budgets dont cette politique était dotée. Des clientèles puissantes se sont organisées autour des principales organisations et instruments de la politique. En revanche, en Argentine, R. Alfonsín n’a fortement soutenu cette politique que pendant la première moitié de son mandat.

Les politiques culturelles dans le tournant néo-libéral

Le chapitre 3, montre que les transformations des politiques culturelles argentine et mexicaine observées dans les années 1990 s’expliquent à la fois par l’approfondissement des réformes néo-libérales et par la nomination de nouveaux décideurs et responsables administratifs. L’accélération des processus de décentralisation, l’inclusion du secteur privé et l’ouverture économique ont entrainé une plus grande participation des États fédérés et des provinces grâce à l’adoption de nouveaux instruments d'action publique, ainsi qu’à l’émergence de contraintes et ressources lors de l’entrée en vigueur de l’ALENA et du Mercosur.

Changements politiques et politiques culturelles

Enfin, le chapitre 4 explore l'hypothèse selon laquelle les transformations institutionnelles et politiques des années 2000 ont entrainé des changements dans les politiques culturelles. Dans les deux pays, les « gouvernements divisés » ont permis la consolidation du pouvoir du Congrès et les gouvernements infranationaux. Toutefois, même si ces différents acteurs disposent de pouvoirs majeurs dans les années 2000, les exécutifs conservent le pouvoir de veto leur permettant de s’opposer aux mesures adoptées par le Congrès.

Autres Publications >

Acheter >